À l’origine de toute chaussée se trouvent les travaux d’abattage de roches et de terrassement

La nature ne nous fournit pas toujours les conditions de terrain idéales – que ce soit pour des projets d’infrastructure ou de construction. Il est souvent nécessaire de procéder à des travaux de terrassement afin d’augmenter la portance, car une route ne peut être construite que sur un terrain stable. Quels sont donc les procédés nous permettant de créer cette fondation ?

Compactage du sol

Avant de poser les couches de base, de liaison et de roulement, des travaux de terrassement doivent tout d’abord être effectués car, dans la plupart des cas, le sol est meuble et d’une portance insuffisante. Dans les travaux de terrassement, la phase la plus importante est le compactage, dont l’objectif est de réduire les vides du terrain qui sont remplis d’air et d’eau. Cela donne au terrain une propriété requise, à savoir une meilleure résistance aux sollicitations de la circulation et aux conditions climatiques. En matière de terrassement, le compactage dynamique par compacteur à vibration ou oscillation s’est montré particulièrement efficace, l’effet de compactage reposant ici sur l’action combinée des oscillations du cylindre de compactage et du poids du compacteur.

Le compactage des sols cohésifs s’effectue le plus efficacement avec des compacteurs équipés de cylindres à pieds dameurs soumis à de grandes amplitudes. Pour les sols non cohésifs, on utilisera des cylindres lisses soumis à de faibles amplitudes. Ainsi, le sol sera prêt à accueillir le corps de chaussée, à moins que la teneur en humidité ne soit encore trop élevée, auquel cas le sol devra être encore stabilisé.

Stabilisation du sol

Les sols extrêmement cohésifs et détrempés ne peuvent pas être compactés à l’aide de compacteurs. Ils doivent d’abord être stabilisés afin d’offrir une meilleure portance et de pouvoir servir de fondation pour la construction routière.

La stabilisation a pour objectif de fixer de façon durable l’eau dans le sol, objectif que l’on atteint en y incorporant des liants tels que la chaux ou le ciment. La stabilisation du terrain à base de ciment augmente particulièrement la résistance du sol aux sollicitations de la circulation, à la pénétration de l’eau et au gel. Les sols devant être stabilisés sont souvent bourbeux, et seuls de puissants véhicules à transmission intégrale peuvent s’y aventurer. C’est pourquoi les stabilisateurs de sol disposent de grandes roues à grosses nervures, d’une traction élevée et d’un puissant entraînement de translation. Leurs rotors de malaxage mélangent le sol et le liant préalablement répandu sur une profondeur allant jusqu’à 56 cm, et ce en une seule opération. La teneur en eau diminue et le sol devient pulvérulent, ce qui lui permet d’être parfaitement compacté.

 Tracé

Les chaussées en terrain rocheux nécessitent l’intervention de fraiseuses à froid ou de Surface Miner afin de préparer le terrain pour les travaux de construction routière ─ ou en termes du métier : pour établir le tracé.

En terrain calcaire, ardoisier, granitique, ou autre roche, les travaux de tracé sont souvent effectués à l’explosif, ce qui entraîne des secousses, du bruit et des dégagements de poussière. Là où l’utilisation d’explosifs est impossible – à proximité d’habitations, de sites industriels ou de voies ferrées – les tracés sont effectués en taillant la roche. Ce procédé bien plus écologique permet d’abattre la roche sans aucune secousse.

Dès que les tambours de taille équipés de pics en métal dur entament le processus de taille, la roche est chargée sur les camions par l’intermédiaire du convoyeur pivotant. Grâce à une granulométrie uniforme, le matériau peut être directement utilisé comme matériau de remblayage sans traitement ultérieur. La précision du profil de la surface permet alors d’aborder la phase de construction routière sans aucun problème.

FR